Voyage au Vietnam

 

Accueil
Remonter
Voyage au Vietnam
La vie, les rêves, Cowboy Bebop
Le rouge et le noir

 

Lundi 13/12/04

Avant que ma mémoire ne me joue des tours, avant que le temps qui passe ne travestisse mes souvenirs, je vais relater mon voyage au Vietnam.

Ce matin je suis parti de chez moi après avoir écouté deux morceaux de la BO de Big O : Apologize et Brick Ballades. C'est la même mélodie au piano et au saxophone. Dans la série, elle passe à chaque fois que Roger Smith ressort son speech sur Paradigm City, la ville sans mémoire. Je suis parti du Vietnam à un trop jeune âge pour avoir des souvenirs. Mais depuis que j'y suis retourné, mes nouveaux souvenirs ne me lâchent plus. Les ciels de brume ensoleillée me manquent déjà. C'était comme dans un rêve. 

 

Vendredi 26/11/04 :

En début de soirée, je n'ai toujours pas préparé mon sac.

Les derniers inédits de PJ et Avocats et Associés me tiennent devant la télé jusque vers 22h30. Le timing est plutôt bon, je ne louperai pas d'épisodes pendant que je serai au Vietnam (je me fais la réflexion de me comporter comme un vrai série-geek et cela m'amuse plutôt). 

 

Samedi 27/11/04 :

Départ pour Paris par le TGV de 10h.

Je pars de chez moi à 9h20 et après 100m je fais demi-tour car j'ai oublié quelque chose.

J'arrive à la Gare à 9h45 au point de rendez-vous. Dom arrive, Seb dit au revoir à son pimousse et on monte sur le quai.

Pendant le trajet, je fais le portrait de Dom en train de lire, mon exécution s'interrompant parfois pour jauger la justesse de certaines remarques de Seb sur la plastique des personnes déambulant dans la voiture.

A Paris, Vincent arrive en retard et nous emmène au Viaduc Café, lieu un peu surfait où nos bagages encombrants nous singularisent pas mal et où l'irruption d'un groupe féminin de type réunion Tupperware accentue le sentiment de ne pas être au bon endroit.

Nous nous rendons ensuite chez Vince, où nous posons les sacs. Je prends un café et un comprimé de lariam (médicament antipaludique sujet à controverse, qu'importe, si il n'est pas-paludique alors il est ludique et ce n'est qu'un jeu, comme tout le reste…).

Le repas du soir est prévu chez Nico, qui offrira le gîte à Seb et Dom. Au menu, pâtes carbonara (Nico se charge de tout) et un dessert à trouver.

La chasse au dessert nous fait croiser une manifestation féministe avant de nous mener à une pâtisserie lambda où le choix va se porter sur un gâteau aux ananas.

Chez Nico, au moment de préparer les carbos, une terrible vérité se fait jour : "tout pour une carbo", pour Nico, ça ne comprend pas les oignons, les œufs et les lardons. Cela donne lieu à un manège incessant où chacun redescend à tour de rôle chercher à la superette locale ce qui manque. Une fois tous les ingrédients réunis, la carbo est plutôt réussie. Le gâteau aux ananas restera, lui, une grande déception. Chez Nico, les alcools et liqueurs sont toujours de grande qualité, en faisant exception du vin rouge de ce soir là, qui aura fourni une source constante de vannes pour Vincent. Sans jouer les prolongations, on laisse Seb et Dom et je rentre avec Vincent, rendez-vous le lendemain à la gare du nord pour prendre le RER jusqu'à Roissy. 

 

Dimanche 28/11/04 :

Je déteste prendre l'avion. Ou plutôt, je déteste toutes les formalités dans les aéroports. J'ai le sentiment d'une injustice profonde et de l'omniprésence de la loi de Murphy. Un objet anodin dans mes bagages pourrait déclencher une alarme et causer des complications mais les armes cachées des terroristes ne seront pas trouvées avant le décollage et alors, dans la prise d'otages qui suivrait, je me verrais forcé de renoncer à mon identité secrète pour sauver l'équipe et les passagers du vol. Retour au réel, longue attente avant l'embarquement, je fais quelques croquis des personnes aux alentours.

La Cathay Pacific nous amène à Hong Kong et Vietnam Airlines nous dépose à Hanoi.

Dans l'avion, j'en profite pour voir Collateral par morceaux, Snatch avait l'air pas mal mais j'ai décroché après 10 minutes. Nous ne verrons pas grand chose de l'aéroport de HK, beaucoup de tapis roulant pour arriver à la porte d'embarquement, c'est à peu près mon seul souvenir. Ah si, il fut notable que, sur ces vols, les hôtesses de CP étaient plus mignonnes que celles de VA.  

 

Lundi 29/11/04 :

Atterrissage à Hanoi.

L'environnement aéroportuaire et sa loi de Murphy citée ci-dessus nous conduisent à prendre la file d'attente la plus lente dans les contrôles du service d'immigration (contrôles menés par des militaires au look un peu désuet). Première satisfaction, le pot de vin de cinq dollars dont on m'avait parlé ne s'avère pas nécessaire.

Nous récupérons nos bagages, à la sortie nous sommes attendus par Mahn, qui sera notre guide pendant notre séjour au nord du Vietnam.

Embarquement dans le minibus, direction l'hôtel Thien Tay.

Avant de nous laisser, Mahn nous remet en cadeau des T-shirts, casquettes et sacs de plage de couleur jaune avec un logo "Bonjour, Soleil !". Outre l'esthétique moyenne de ces accoutrements et l'inadéquation du XXL à ma carrure, je n'envisage nullement de porter ces fringues dans la rue, elles seraient comme un panneau "Youhou, je suis touriste (et en plus j'ai des goûts de chiotte)".

Une petite heure de sieste et nous partons visiter Hanoi. En premier lieu, nous changeons de l'argent. J'en profite pour écouler tous mes dollars. Coup de chance, la bijouterie me fait le dollar au même prix que l'euro (Seb, Dom et Vince ont changé leurs euros avant moi).

Les rues d'Hanoi sont assez animées, chaque traversée est une aventure. On se sent un peu comme Neo esquivant les balles dans Matrix. Nos déambulations nous amènent au bord d'un lac et nous visitons notre première pagode.

En chemin, Vince a acheté un régime de bananes et des morceaux d'ananas à un prix exorbitant (40 000 dongs, soit 2 euros). Puis, il lui a pris l'envie d'aller se faire couper les cheveux. Il atterrira finalement dans un drôle de salon de coiffure où la shampouineuse sera des plus énergiques mais où la coupe sera sans originalité.

Puis retour à l'hôtel, plan de bataille pour le soir, recherche de restaurant. Ce soir-là, la serveuse me prend pour un coréen et un passage aux toilettes me rappelle que les normes sanitaires doivent être un tantinet différentes ici… 

 

Mardi 30/11/04 :

Visite de la baie d'Ha Long

Environ 3 heures de route avant d’arriver au port. Toujours la brume à l’horizon. Arrivée vers 11h à Ha Long. 5h de croisière. Le bateau rien que pour nous. Repas à bord (crabe, crevettes, beignets, pâtés impériaux, riz, légumes sautés…) . Visite de la grotte de la surprise. Photos à la con. A cheval sur la tête de dragon qui sert de proue au  Ha Long Dream, je suis le King of the Universe.

Le soir, je leur fais goûter des crêpes farcies dans un boui-boui d’Hanoi et on termine par un verre en terrasse. Vince met trois plombes pour choisir un truc qui finalement n’est plus disponible. Je bois ma première Tiger. La beauté de la serveuse fait l’unanimité. 

 

Mercredi 01/12/04 :

La rivière et la pagode des parfums.

Deux heures de route. Mahn est accompagné de sa femme aujourd’hui. Nous montons à sept dans une barque en métal. Les paysages sont vraiment chouettes. J’ai l’impression d’aller rendre visite au Maître de Shiryu. Un mini trek dans la montagne pour se dégourdir les jambes, repas à la cantine locale et visite de la pagode. Mahn offre un porte-bonheur à Vince.

Le soir, nous dînons au Seasons of Hanoi, cuisine OK, service attentionné mais un peu lourd. La serveuse du soir est très élégante dans sa robe longue mais les avis du jury sont partagés.
Avant d’aller dormir, cigare avec Vince dans le hall de l’hôtel.

  

Jeudi 02/12/04 :

Mahn nous emmène très tôt à l’aéroport. Le vol pour Hué se prolonge pour cause de brouillard et de pépins techniques. Après Mahn, c’est Minh (véridique) qui nous accueille. Ancien professeur de français, les deux journées de visite en sa compagnie seront instructives mais parfois un peu gonflantes… A Hué, le temps est très humide et je ne peux m’empêcher de me faire la réflexion « Ici, quand il ne pleut pas, c’est qu’il va pleuvoir ».

Nous visitons le palais Impérial et un musée. Minh nous envoie déjeuner à la Carambole. Mauvaise pioche, la cuisine est bof et il passe du Renaud en musique de fond. L’après-midi, nous visitons un tombeau impérial et une pagode. En chemin, Vince achète des chapeaux typiques tandis que le guide m’en offre un. Le soir, les beignets de la petite marchande ambulante sont délicieux (encore une qui avait repéré que je ne causais pas bien la langue, mais elle ne m’a pas traité de coréen, au moins…).

Un billard dans un petit bar me fait écluser ma deuxième Tiger. On y reste une bonne heure et à notre départ, je m’aperçois que l’endroit doit servir à organiser d’autres jeux…

Très mauvaise pioche pour le resto du soir (un boui-boui sans nom où les nems faisaient peine à voir).

Sur le chemin du retour vers l’hôtel, une jeune canadienne nous alpague. Elle cherche un endroit où on sert de la Bia Hoi (bière pression), elle parle aussi français et nous finissons par prendre un verre avec elle au DMZ, bar fréquenté en majorité par les occidentaux. Elle s’appelle Sonia, elle a 18 ans et elle voyage en année sabbatique avec ses parents, récemment retraités (et que je suspecte être pétés de thune, mais bon, c’est secondaire…). Sonia est plutôt mignonne mais les sujets de conversation avec elle sont plutôt limités (en Chine, une fois, elle a bu de la bière…). Sinon, elle trouve Vincent très joli garçon (une fille très ordinaire, cette Sonia). Dom et Vince se font étriller au billard par un joueur local. Je gribouille un dessin sur un mur du bar, je prends un Jack Daniels et puis on laisse Sonia en plan (la réputation du French lover n’est pas bien servie, avec nous).

 

Vendredi 03/12/04 :

Croisière en bateau moteur pour aller visiter un temple. Cours de théologie avec Minh. A l’entrée du temple, les quatre piliers représentent les misères, l’ambition, le salut et la religion. Minh nous explique ses convictions religieuses plutôt « composites » et Dom nous éclaire en faisant référence à Pascal.

J’aperçois une fille superbe pendant la visite. Nos regards se croisent, elle me sourit. Comment s’appelle-t-elle ? Je ne le saurai jamais, la visite se poursuit, elle rejoint un groupe de touristes parlant anglais et c’est fini.

Le bus nous emmène ensuite à Danang en passant par le col des nuages et en nous faisant rencontrer moult colporteuses plutôt insistantes (je finis par leur acheter des porte-bonheur). Nous arrivons à Danang, la ville où sont nés mes parents Au restau, on s’amuse avec une tête de lion sculptée dans une carotte. Un imbroglio sur la visite d’Hoi An nous pourrit un peu l’ambiance mais la journée est plutôt fructueuse. Nous visitons le musée Cham à Danang avant d’aller à Hoi An. Seb et Vince y font quelques achats (ainsi qu’une offrande de faux billets dans un temple).

De retour à Danang, nous dînons dans un resto désert au bord du fleuve. Vince part ensuite avec les autres en quête d’une pâtisserie et je rentre à l’hôtel. Une partie de cartes est planifiée mais elle ne se fera pas et chacun vaquera à son gré. (…) Je garde pour ma part un excellent souvenir de cette soirée.

 

Samedi 04/12/04 :

Nous avons la matinée de libre avant de reprendre l’avion pour Nha Trang. J’accompagne Seb et Dom en ville. Je photographie la cathédrale et je dégotte du gingembre confit pour Dom (que j’arrive à demander en vietnamien). A l'hôtel, un zapping nous fait découvrir les clips musicaux vietnamiens… Dom devient fan.

L’attente à l’aéroport de Danang sera l’occasion d’un mini concert improvisé plutôt sympa (même si les gens nous regardaient un peu bizarrement…). Le vol pour Nha Trang se fait à bord d’un Fokker dont je dois bricoler le volet du hublot pour qu’il tienne… Tout fier après mon inspiration de Mac Gyver, je prends mon carnet de dessin pour gribouiller un peu et ainsi je ne vois pas le temps passer.

A l’arrivée, c’est Linh, le dernier guide et Sonh, le chauffeur qui nous attendent. Linh m’a tout de suite fait penser à Samo Hung (le flic de Shangai) avec son air plutôt placide. Tandis que Sonh, c’était plutôt un flambeur, avec son bus hyper custom, une sorte de Pussy-wagon. Mythique.

A Nha Trang, nous logeons dans un hôtel ultra-classe. Vince et moi en profitons pour fumer un deuxième cigare.

Ma satisfaction du soir sera de commander et payer 4 Bahn Bao (brioches farcies) en vietnamien et sans me faire repérer… Nous prenons un verre dans un bar (le Coq gaulois ou quelque chose comme ça) avant d’aller acheter quelques fruits exotiques que Vince et Seb photographieront ensuite à l’hôtel (le soleil a du leur tourner la tête, ils ne s’intéressent plus aux belles plantes…). Après une partie de quoinche terrible (où j’annonce et je réalise 160 cœur à la dernière donne…) nous montons au dernier étage pour un souper plutôt quelconque.

 

Dimanche 05/12/04 :

Je me réveille tôt et je shoote le soleil qui se reflète dans la mer. Nous partons visiter un parc aquatique, une tour cham et puis en route pour Dalat. Le trajet est épique. Sur la fin, la route est en lacets et le chauffeur conduit… sportivement. Pour le déjeuner à Dalat, je prends un steak frites tandis que Vincent tape dans l’œil d’une des serveuses. Linh nous emmène visiter le palais de Bao Dai, le dernier empereur. Plutôt bof, une grosse baraque des années 50, en gros… Linh m’aide à marchander un jeu d’échecs et il nous fait ensuite visiter le marché de Dalat. Vince, Dom et Seb y mangent des œufs couvés, expérience dont je me passe volontiers. Ensuite, quartier libre jusqu’à 19h. Nous allons dans un bar super chouette dont la décoration est faîte par des feuillages et branchages et dont les salles sont sur plusieurs étages, reliées par un escalier en colimaçons. J’ai l’impression d’être dans un tronc d’arbre, comme dans une des maisons de Merlin de la quête de Graal (Un Livre dont vous êtes le Héros). Vincent prend un Ca Phee Sua Da (café au lait concentré) avec moi tandis que Seb et Dom en restent au Coca. Ensuite pitt stop au cyber café local.

Le soir, la virée avec Linh et Sonh restera un très bon souvenir (coquillages, escargots, vin rouge, alcool de riz, concert kitch, billard).

 

Lundi 06/12/04 :

Visite d’une pagode et de son jardin aux environs de Dalat puis en route pour Saigon. En chemin, pause pour une dégustation de café et de thé. Arrivée à HCMV. Beaucoup de circulation, chaleur moite, recommandations de sécurité de Linh. C’est une grande ville moderne. Dangereuse. Elle me fait peur. Mais c’est là que je suis né alors je ne peux m’empêcher de la trouver belle. Nous logeons au Liberty 4. Pas forcément grandiose mais pas trop mal situé. Il y a un parc juste en bas et le marché n'est pas loin non plus.

En soirée, le Good Morning Vietnam (resto italien, comme son nom l'indique mal) affiche complet et nous nous rabattons sur son voisin (mauvaise pioche). Un burger pas terrible et l’image déprimante du patron, sorte de John Kerry décoloré. Ensuite, billard au Gun’s and Roses.

 

Mardi 07/12/04 :

Dom et moi on se réveille tôt et on va se balader dans le parc. Dom fait une partie de volant à plume avec une jeune fille des plus avenantes. Petit déjeuner en haut de l'hôtel avec vue panoramique sur la ville. Linh m’emmène chez ma grand-mère avant d’aller faire visiter la ville aux autres. Je revois mes deux tantes. Je tiens la main de ma grand-mère, une de mes tantes assure la traduction. Je la remercie pour… Pour tout, en gros. Elle reparle du passé, me dit qu’elle pense souvent à nous…

(…)

Je rentre en taxi ("Take me there", en tendant la carte du Liberty 4). Un mal de gorge me pourrit la vie dans l'après-midi. Les chaud-froid causés par la clim de l'hôtel n'aident pas.

Au marché, j'achète une chemise, des bracelets de jade, pas grand-chose d'autre à signaler.

Le soir, dîner à l'hôtel, la vue est pas mal mais la cuisine n'est pas transcendante. Vincent ira faire un tour au bar de l'hôtel (le Lido) et nous rapportera la présence de nombreuses jeunes femmes très jolies…

 

Mercredi 08/12/04 :

Nous retournons au parc mais la jeune fille de la veille n'est pas là. Dom tente de jouer avec moi mais en 15 minutes de jeu, mon record doit être de 3 échanges consécutifs. Piètre performance. En route pour Cantho. Croisière dans le Delta du Mékong avec de nombreux changements d'embarcations… Visite d'une fabrique de bonbons… Dégustation de fruits exotiques. Je prends la pose avec un Python autour de mon cou. Concert de musique traditionnelle (je hais Vincent : "Encore une autre chanson? - Oui, avec plaisir…). Déjeuner dans un restoroute typique. Visite d'une réserve d'oiseaux avec ride en mob, leçon de drague par le chauffeur…

Le soir, à Cantho, Linh emmène les autres dans un resto servant de la cuisine typique du Delta pour manger du rat, du serpent et de la tortue. Je fais cavalier seul.

(…)

 

Jeudi 09/12/04 :

Une certaine lassitude gagne le groupe, la visite du matin est peu marquante. De retour à Saigon, nous allons à l'agence "Voyages d'ici", demander quelques comptes sur l'imbroglio de Hoi An. Le reste du temps sera consacré à quelques menus achats.

Le soir, nous dînons au Good Morning Vietnam où les pizzas sont OK, sans plus. Une flânerie tardive dans le parc avec Vince et Seb nous donnera l'occasion d'observer une séquence d'approche qui tournera court entre un occidental et une femme du métier.

 

Vendredi 10/12/04 :

Quartier libre jusqu'au départ pour l'aéroport en début d'après midi.

Chacun claque ses derniers dongs. Seb et moi, on passe au Blue café, bar plutôt sympa on l'on boit des Ca Phee Sua Da dans un décor de jardin Zen.

Un dernier déjeuner vietnamien (où je m'aperçois à nouveau que mon vietnamien est perfectible…) et nous quittons Saigon. L'attente à l'aéroport est plutôt longuette. Cette fois-ci, nous avons davantage le temps de visiter l'aéroport de Hong Kong. Je le trouve plutôt cool, je prends un cocktail avec Seb dans un des bars. Pina Colada pour lui et Manhattan pour moi.

La serveuse, Jenny, est plutôt agréable à regarder. Mais il me faut déjà la quitter pour décoller vers Paris…

 

Samedi 11/12/04 :

Paris, on se crashe chez Vincent et je pars acheter des croissants à la Brioche dorée.

On retrouve Nico pour un indien à midi et puis TGV à 16h.

Didou est là pour accueillir son Doudou, Seb attend son pimousse, je rentre à pied avec mon drôle de chapeau offert par le guide à Hué.

C'est terminé, j'ai ramené tous mes gars au pays.

 

En écrivant ce compte-rendu, j'ai eu la confirmation que ce voyage a vraiment été formidable. J'ai visité avec trois de mes meilleurs amis le pays où je suis né. J'ai chevauché un dragon dans la baie d'Ha Long, revu ma grand-mère, reparlé ma langue natale, commandé des Bahn Bao… Ce voyage a été rempli de petites et grandes joies, dont certaines difficiles à exprimer ou délicates à consigner par écrit. Certes, tout n'était pas parfait mais il y a plein de bons souvenirs et ce sont ceux que je préfère garder.

J'ai écrit ce journal en deux fois et ça fait maintenant une semaine que je suis revenu en France. Les ciels de brume ensoleillée me manqueront longtemps. C'était comme dans un rêve.

 

JP, dimanche 19/12/04

 

Accueil | Voyage au Vietnam | La vie, les rêves, Cowboy Bebop | Le rouge et le noir

 

La dernière mise à jour de cette page date du 23/10/05